Sacrement des malades

On appelait autrefois ce sacrement l’ « Extrême Onction », car on le donnait uniquement à l’article de la mort.

« Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui exercent dans l’Eglise la fonction d’Anciens (les prêtres] ; ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon » (Lettre de Saint-Jacques 5, 14-15).

C’est donc un sacrement qui peut être célébré administré à tout malade, et quel que soit son âge.

« L’onction des malades n’est pas seulement le sacrement de ceux qui se trouvent à toute extrémité (…). Si un malade qui a reçu l’onction recouvre la santé, il peut, en cas de nouvelle maladie grave, recevoir à nouveau ce sacrement (…). Il est approprié de recevoir l’onction des malades au seuil d’une opération importante. Il en va de même pour les personnes âgées dont la fragilité s’accentue » (Catéchisme de l’Eglise catholique, § 1514 – 1515).

Il ne faut pas confondre ce sacrement avec le Viatique ; celui-ci est l’eucharistie donnée à ceux qui vont quitter cette vie ; la communion est, en ce cas, le sacrement du passage de la mort à la vie, de ce monde vers le Père.

 

Prochaine célébration communautaire du sacrement des malades :

Le samedi 11 mars 2017, au cours de la messe de 9H.