Réconciliation

C’est le sacrement que nous connaissons mieux sous le nom de Pénitence ou Confession.

 

« … envoyé de Dieu, l’Esprit de son Fils est dans nos cœurs, et il crie vers le Père en l’appelant ‘Abba !’. Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils et comme fils, tu es héritier par la grâce de Dieu » (Lettre de St Paul aux Galates, 4, 6-7).

Il s’agit donc, pour comprendre la confession, de partir de notre état de baptisé et du projet de Dieu qui est de faire de nous des saints. Il ne s’agit pas d’abord de notre péché, mais de la grandeur de Dieu qui devrait transparaître à travers nous.

« … la vie nouvelle reçue dans l’initiation chrétienne n’a pas supprimé la fragilité et la faiblesse de la nature humaine, ni l’inclination au péché que la tradition appelle la ‘concupiscence’ qui demeure dans les baptisés pour qu’ils fassent leurs preuves dans le combat de la vie chrétienne aidés par la grâce du Christ. Ce combat est celui de la ‘conversion’ en vue de la sainteté et de la vie éternelle à laquelle le Seigneur ne cesse de nous appeler » (Catéchisme de l’Eglise catholique, § 1426).

Se confesser, c’est permettre à Dieu de renouer avec nous l’alliance baptismale ; car le péché fait écran, nous empêche de rayonner, d’être fils de lumière. Etre pécheur, c’est accepter de ne pas ressembler à Jésus, de vivre, à la limite, « au rabais ». Bref, c’est un manque d’ambition.

En se reconnaissant pécheur, on accepte la grandeur de notre vocation, en reprenant solidement la main que Dieu ne cesse de nous tendre. Il ne s’agit pas d’une culpabilisation ; bien au contraire, il s’agit de reconnaître à quel point nous sommes aimés et la grandeur à laquelle nous sommes appelés.

Et comme chaque sacrement poursuit la logique de l’Incarnation, c’est à travers l’aveu à un prêtre qu’on peut se replacer en vérité devant le projet que Dieu a sur nous ; c’est à travers la voix d’un prêtre qui dit : « Je te pardonne » qu’on est relancé dans la dynamique de l’amour. La confession est vraiment le sacrement de l’ambition chrétienne, la plongée dans l’éternelle jeunesse de Dieu.

Ce sacrement peut être reçu de trois façons :

- Lors d’une rencontre individuelle avec un prêtre, soit lors de sa permanence d’accueil, soit en prenant rendez-vous avec lui.

Permanences des prêtres :

Père Yves MOREL sur RDV 01 46 43 98 01 à St Pierre

Père Pierre CHOLLET jeudi de 17h à 19h à St Pierre

Père Damien DELESQUE reçoit sur rendez vous à St Pierre

- Lors des permanences de confession : à St Pierre, le jeudi de 19h30 à 20h30,  le samedi de 17h à 17h45.

 

 


En savoir plus ?
cliquez sur le paragraphe qui vous intéresse

- pourquoi se confesser ?www.catho92.neuilly.cef.fr

- comment se confesser ? www.catho92.neuilly.cef.fr