Pour quoi le mal ?

                                   

 

 

             « Pourquoi cet homme est-il né aveugle ? » demandent ses disciples à Jésus (St Jean 9, 1). Pourquoi le mal touche-t-il les hommes ? Si Dieu est tout puissant et infiniment bon, pourquoi permet-il le mal ?

             Dans le Livre de Job, la protestation contre le mal s’exprime avec force. Job ne comprend pas le silence de Dieu face au mal (« je crie vers toi et tu ne réponds pas » Job 30, 20). Dans sa détresse, Job garde pourtant une foi inébranlable (« je sais, moi, que mon Défenseur est vivant […] Il me dressera près de lui et de ma chair, je verrai Dieu » Job 19, 25). A la fin du Livre de Job, Dieu révèle que l’énigme du mal dépasse l’intelligence humaine.

Dans la guérison de l’aveugle-né (St Jean 9, 1), Jésus n’explique pas le mal mais il agit :

sur le plan visible, à travers la guérison de l’aveugle ;

sur le plan invisible, par la transformation de cet homme dont l’existence s’ouvre à la grâce (« je crois, Seigneur ! » s’exclame cet aveugle à qui Jésus a ouvert les yeux).

L’homme cherche à interpréter l’énigme du mal. Jésus, lui, ne donne pas d’explication sur le mal, mais il l’affronte. Ainsi à la suite de Jésus, nous sommes invités à condamner, affronter et combattre le mal.

Emmanuel Commaret