Père Rabel le 7 août 2016

                 19ème dimanche du temps ordinaire ‘C’ - Saint-Pierre - 7 août 2016

 

1) Disciples

     La question qui est posée : « Où est votre trésor ? ». Homélie du cardinal Vingt-Trois à N-D le lendemain de l’assassinat du P. jacques Hamel : « Quel trésor est caché dans le champ de notre histoire humaine ? Quelle perle de grande valeur nous a été léguée ? » et il insiste : « La crise… nous confronte inexorablement à une évaluation renouvelée de ce que nous considérons comme les biens les plus précieux ».

     Ce trésor, bien sûr, c’est celui d’être disciples, c’est notre attachement au Christ. Le Chris qui nous redit aujourd’hui : « Sois sans crainte, petit troupeau ». En insistant sur l’espérance qui doit nous animer, le cardinal précise : « L’espérance a un visage, le visage du Christ livrant sa vie en sacrifice pour que les hommes aient la vie en abondance ». Et il nous demande de « mettre cette espérance au cœur de l’épreuve » que nous vivons.

 

2) Serviteurs

     Disciples, mais aussi serviteurs. Et qu’est-il demandé aux serviteurs ? De veiller. De se tenir prêts. C’est pourquoi l’archevêque de Paris nous met en garde contre ce qu’il appelle « le syndrome de l’abri ». Se fermer, se protéger, ne pas ‘faire de vagues’. Tous ces « silences » qui sont des démissions… Plus que jamais, nous avons à « sortir » comme le dirait le St Père. Sortir de nos replis, de nos peurs…

     Bien plus, se mettre au service, avec la grâce de Dieu, d cette société si fragilisée. Le retour du maître, dans l’évangile, il a lieu la nuit, dans l’obscurité, dans l’insécurité. Voire dans la peur. Le cardinal nous dit d’ « invoquer Dieu au moment même où les évènements semblent remettre en cause sa puissance et son amour ».

 

3) Intendants

     Et Jésus précise : « intendant fidèle et sensé ». C’est l’irrationnel qui déferle aujourd’hui dans les moments terribles que nous vivons. Or la foi chrétienne est intimement liée à la raison. C’était le message de Benoît XVI à Ratisbonne, message bien peu compris. C’est pourquoi, à juste titre, Mgr Vingt-Trois nous rappelle que « C’est cette espérance qui nous permet de ne pas succomber à la haine quand nous sommes pris dans la tourmente ». Car avec la haine, nous sommes tout sauf sensés…

     A 3 reprises, le Christ donne une béatitude : « Heureux ces serviteurs… Heureux ce serviteur… ». Disciples, serviteurs, intendants appelés, dans la grisailles du moment, à manifester la joie de croire et d’espérer. Rappelons-nous quand même que le texte fondateur du pontificat actuel c’est ‘La joie de l’évangile’. Il est paradoxal, peut-être, d’évoquer la joie. Le cardinal pourtant insiste : « C’est cette espérance au coeur de l’épreuve qui barre à jamais pour nous le chemin du désespoir, de la vengeance et de la mort ». Soyons heureux d’avoir été choisis par le Seigneur pour répondre à la haine par la bienveillance, à la violence par le paix, à la déraison par la sagesse, à la peur par le service de nos frères.

  

    

 Père Hervé Rabel