Père Rabel le 5 mai 2016

                                      Ascension - Saint-Jacques - 5 mai 2016

 

 

1) Pour comprendre cette fête, il faut partir de ce qu’on appelle « le Christ total »

     Dans la 1re aux Corinthiens : « Vous êtes le corps du Christ, et chacun, pour votre part, vous êtes les membres de ce corps » (12,27) : c’est le Christ total, dont le Seigneur est la tête, et nous les membres. Le corps tout entier est Fils de l’Homme et Fils de Dieu. Avec cependant une différence : la tête, le Fils, l’est par nature (cf. de même nature que le Père), et nous, les membres, le somment par adoption. C’est par le baptême que nous « avons reçu un Esprit de fils adoptif ».

     Ce qui est à retenir, c’est que la Tête n’est pas sans le corps, sans les membres. Pour former le royaume, le Christ doit tout récapituler en Lui. « Sans moi, vous ne pouvez rien faire », certes, mais sans nous, le Christ n’est pas Christ en plénitude…

 

2) Le mystère pascal, c’est comme un long accouchement

     Un accouchement, c’est normalement d’abord la tête, puis le corps qui suit. Qui prend le chemin de la tête. « Nous avons là un chemin nouveau et vivant qu’il a inauguré », dit He. La tête ressuscite et rejoint le Père ; et le corps, dont nous sommes, est appelé à suivre la tête. Et c’est elle notre chemin « Je suis le Chemin… ».

     Le Christ, Fils de Dieu, s’est fait homme, pour que chaque homme ressuscite à sa suite. De même, la Tête rejoint le Père, c’est ce qu’on appelle l’Ascension, pour que chaque homme, à sa suite, rejoigne le Père, entre au Ciel.

 

3) Le Ciel… Mais paradoxalement, nous sommes invités, en cette fête, à regarder vers la terre !

     « Pourquoi restez vous là, à regarder le ciel ? ». Ce qui se fait en peu de temps pour la tête, va prendre toute une vie pour chaque membre. Depuis notre baptême, qui nous relie au mystère pascal, nous sommes en cours de ‘christification’. Et c’est poussé par l’Esprit que nous répondons à l’appel du Christ. Comme les poumons du bébé, lors de l’accouchement, vont respirer pour la 1re fois, nous avons à nous laisser remplir du souffle de l’Esprit, pour marcher sur le chemin de la tête.

     Mais pourquoi ne pas regarder le ciel ? Alors que la tête est déjà au ciel. Mais, tout simplement, pour répondre à la demande du Christ : « A vous d’en être les témoins ! ». C’est toute l’importance de ces quelques décennies de notre vie sur terre où nous avons à nous laisser transfigurer sous l’action du St esprit et à travailler à la transfiguration de ce monde, pour qu’un jour le Christ soit « tout, en tous », pour la gloire de son Père.

 

Père Hervé Rabel