Père Rabel le 4 décembre 2016

                       2ème dimanche de l’Avent - Saint-Pierre - 4 décembre 2016

 

1) Où se trouve Jean-Baptiste ?

     Il est dans le désert, exactement comme le prophète Isaïe, qu’il cite : début de ce qu’on nomme ‘Le livre de la consolation d’Israël’. C’est la fin de l’Exil, l’annonce d’un complet renouveau, d’un Dieu créateur et sauveur, pour tous, avec ces ‘chants du Serviteur’, annonçant le Christ. Un désert quand même très habité : Jérusalem, la Judée, la région du Jourdain : que de monde !

     Et aujourd’hui ? N’est-ce pas le même désert, très habité. Celui de nos villes, de nos vies professionnelles, de nos loisirs, de la vie politique. Un désert apparent, au niveau spirituel, mais que de désirs cachés, de soifs d’absolu. En particulier chez les jeunes. Alors, pour pallier le manque de proposition : l’alcool, la drogue… ou le djihad ! On demande des Jean-Baptiste !

 

2) Comment est-il habillé ?

     Mais comme le prophète Elie, au 2ème Livre des Rois. Elie qui annonce le Christ par ses miracles et son départ mystérieux. Qui rencontre Dieu à l’Horeb, « dans le murmure d’une brise légère ». Elie : celui qui sait faire silence pour déceler le passage de Dieu dans sa vie… Jean-Baptiste rappelle également Zacharie, celui qui annonce ce Messie humble et pacifique

     Et nous, comment sommes-nous habillés ? Par notre baptême, nous avons revêtu le Christ, et nous sommes devenus prêtres, rois et… prophètes. Aujourd’hui, il nous est demandé de jouer, dans les déserts contemporains, cette mission de prophète : dire Dieu à des contemporains. Nous devons être les porte-parole de Dieu. Et, pour cela, nous avons reçu ces dons de l’Esprit qu’évoque Isaïe dans la 1re lecture : l’esprit de force et de courage. Voyez le cardinal Vingt-Trois au sujet du délit d’entrave numérique à l’I.V.G. : « Si on arrive à interdire de s’exprimer sur les conséquences de l’avortement, on entrera complètement dans la police des idées et dans la dictature d’une vision totalitaire ». Si nous acceptons d’être déracinés et avachis dans le consumérisme libertaire, quel va être l’avenir de notre pays ? « Revêtons-nous pour le combat de la lumière ! » (Rm 13,12). On demande aujourd’hui, et plus que jamais, des Jean-Baptiste !

 

3) Et que dit-il ?

     Ne vous endormez pas, en disant : « Nous avons Abraham pour père ». Vous n’avez aucun privilège. Et ce qui vous est demandé, c’est de porter du fruit. « Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit » dira Jésus un peu plus tard…C’est aussi l’annonce explicite de Celui qui s’écriera : « Je suis venu apporter un feu sur la terre et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! » (Lc 12,49).

     Dans le désert de nos villes, beaucoup attendent une parole claire et audacieuse. Qui pourrait la donner, si ce n’est nous-mêmes, qui sommes des porte-parole du Christ ? St Paul évoque ce « Dieu de la persévérance et du réconfort » ; aux Corinthiens, il dira : « ainsi nous pouvons réconforter tous ceux qui sont dans la détresse » (2 Co 1,4). 2ème dimanche de l’Avent : comment répondre à l’appel de Jean-Baptiste ? Sur quel point précis le Christ nous demande de nous convertir ? Le prophète évoque le feu qui purifie. Ne serait-ce pas le moment de reprendre le chemin de la confession, ce sacrement de l’audace, qui nous rend notre beauté baptismale, qui nous fait revêtir le Christ, pour l’annoncer, dans ce monde en attente ? « Une âme qui s’élève élève la monde » disait Elisabeth Leseur : notre monde n’a-t-il pas à être élevé ? Qui a le courage d’être Jean-Baptiste ?

    

    

  Père Hervé Rabel