Père Rabel le 24 avril 2016

                        5ème dimanche de Pâques - Saint-Pierre - 24 avril 2016

 

 

1) « Maintenant, le Fils de l’homme est glorifié »

     Paroles énigmatiques… centrées sur ‘la gloire’. La gloire, c’est le poids, la densité, qui rayonnent. Nous sommes au dernier repas, Judas vient de sortir. Parce qu’il s’est fait serviteur, parce qu’il accepte d’être livré, le Fils prend toute sa densité. « Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout ». Il atteint l’objectif qu’il s’était fixé.

     Par là même, le Fils, homme parfait, nous montre comment être homme, comment devenir homme. Vatican II nous donne cette définition : « L’homme, seule créature sur terre que Dieu a voulu pour elle-même, ne se trouve pleinement que dans le don sincère de lui-même ». Sincère, c’st-à-dire total, radical, absolu. L’homme n’est vraiment homme qu’en se donnant… parce qu’ainsi, il est vraiment à l’image de Dieu qui n’est que don. C’est pourquoi, dans les Actes, Paul et Barnabé « exhortent les disciples à persévérer dans la foi », c’est-à-dire dans le don d’eux-mêmes.

 

2) « Et Dieu est glorifié en lui »

     Parce que le projet du Père réussit par le Fils. Parce que le Père trouve, enfin, dans le Fils son image et sa ressemblance. Parce qu’Il peut redire, en regardant son Fils, ce qu’Il disait à la fin du 6ème jour, lorsqu’Il avait créé l’homme : « Cela est très bon, très beau ».

     « Je vous donne un commandement nouveau » dit le Seigneur : « c’est de vous aimer les uns les autres ». Ce n’est pas de l’ordre de la morale. C’est pour devenir ce que nous sommes : être à l’image et ressemblance du Créateur qui, au sein de la Trinité, ne cesse de s’aimer, de se donner. Et ainsi d’ajouter au poids de gloire du Père, à sa densité, son rayonnement. C’est-à-dire faire la joie de Dieu, devant son projet qui réussit. Permettre, comme le souligne l’ Apocalypse, ces noces de Dieu et de l’humanité, la Jérusalem nouvelle : « l’épouse parée pour son mari ».

 

3) « Dieu le glorifiera bientôt »

     Rappelons-nous la phrase bien connue de St Irénée : « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant et la vie de l’homme, c’est la vision de Dieu ». Parce qu’il va se donner, parce que la croix se profile, le Fils va permettre à la vie de triompher, et, ayant vaincu la mort, va retourner dans la gloire du Père.

     En nous donnant, à la suite du Christ, avec sa grâce, en « nous aimant les uns les autres », comme Il nous le commande, non seulement nous faisons réussir le projet du Père, mais nous entrons dans sa gloire, à la suite du Fils. Souffrance et mort n’ont plus le dernier mot, et nous sommes, avec Jésus, appelés à la gloire, c’est-à-dire promis à la vie éternelle. « Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus », nous rappelle le passage de l’Apocalypse. C’est tout l’objectif de notre vie : non pas tant ‘aller au Ciel’, mais permettre à la gloire de Dieu de se manifester pleinement.

 

 

Père Hervé Rabel