Père Rabel le 12 mars 2017

                    2ème dimanche de carême ‘A’ - Saint-Pierre - 12 mars 2017

 

 

1) Dans la Parole de Dieu de ce 2è dimanche, je vois 3 réalités : un appel

     Evident avec Abram : « Quitte ton pays… ». La Chaldée, où régnait l’idéologie de l’astrologie. Encore plus explicite dans St Paul : « Dieu nous a appelés à une vocation sainte ». Cette vocation de baptisés, qu’il s’agit de raviver par le carême. Enfin, bien précis dans l’évangile : « Jésus prit avec lui ». Cet appel c’est donc de ‘quitter’ pour ‘être avec’.

     2è dimanche de carême : le temps passe vite ! Alors, la Parole de Dieu nous bouscule : cet appel, ai-je pris le temps, les moyens de l’entendre ? Mais, pour cela, ai-je accepté de quitter certaines choses : des habitudes, un conformisme, voire même des esclavages. Jeune, aumône, prière sont seconds, ce qui est essentiel, c’est cet appel « à une vocation sainte », appel qu’il nous faut réentendre, préciser… « Jésus prit avec lui » : est-ce que j’accepte de laisser Jésus me prendre, « m’emmener à l’écart, sur une haute montagne », car, depuis mon baptême, je ne suis pas fait pour des choses médiocres, mais bien pour les hauteurs…

 

2) La 2ème réalité, c’est une promesse

     « Je ferai de toi une grande nation » dit le Seigneur à Abram : quelle superbe promesse ! Elle est, bien entendu, précisée par St Paul : « Notre Sauveur, Jésus-Christ, s’est manifesté ». Et cette manifestation, elle se réalise dans la Transfiguration, annonce de cette gloire à laquelle nous sommes associés. Jésus qui s’approche et dit aux 3 disciples : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! ».

     Nous sommes appelés, pour entrer dans ce dynamisme de la résurrection « Relevez-vous ! » et pour en témoigner, sans crainte. Ce 2è dimanche nous appelle à être encore plus ‘disciples ‘ du Christ, et en même temps, à le manifester, à être missionnaire. Sommes-nous relancés dans ce désir d’annoncer le Christ, notre Sauveur ? Et en prenons-nous les moyens ? Ou bien, restons-nous timorés, ou encore indifférents à l’annonce du Salut ? Ayant écouté l’appel, il s’agit de le mettre en œuvre. Et les temps troublés que nous vivons ne sont-ils pas une incitation supplémentaire à annoncer le Christ ?

 

3) La 3ème réalité, c’est une demande

     « Va vers le pays que je te montrerai » dit le Seigneur à Abram. Et St Paul de préciser : « Prends ta part de souffrance liés à l’annonce de l’Evangile». Et il y a cet ordre du Christ : « Ne parlez de cette vision à personne », puisque seules la Passion, la mort et la Résurrection permettront de découvrir quelle est la réalité du Messie.

     2è dimanche de carême, avec cette perspective : la résurrection du Seigneur. C’est notre espérance. Elle donne une perspective, une direction, un sens à notre vie. Mais aujourd’hui, annoncer le Christ et cette espérance de partager la gloire de Dieu, c’est être à contre-courant. Ayons le courage de redescendre de la montagne, pour être témoin de la Vérité, du seul Chemin, de la Vie qui s’est manifestée. Mais c’est vrai qu’il y a une part de souffrance : sortir de ses petites habitudes, affronter la contradiction, ou l’incompréhension. Le Christ est ressuscité, et tout change pour le monde ; seulement, il nous appelle à relayer cette Bonne Nouvelle. Le carême est là pour nous relancer avec courage dans notre mission.

 

 Père Hervé Rabel