Père Hervé Rabel mercredi 18 février 2015 - Cendres -

                                                 Cendres 2015 – Saint-Pierre

 

     Aumône, jeûne, prière… Je vois vos fronts se baisser… Un gros soupir… Il va falloir passer par là. Des résolutions… qu’on ne tiendra évidemment pas ! Une culpabilisation latente… Alors, avec vous, je voudrais positiver !

 

1) Et tout d’abord l’aumône.

     Qu’a-t-on de plus précieux ? Notre compte en banque ? Je pense que c’est plutôt notre temps. On court après lui. Comme il est difficile de dégager ne serait-ce qu’une soirée. Je vois bien ceux qui sont engagés sur la paroisse, surtout s’ils ont une activité professionnelle, et je ne parle pas des obligations familiales…

     Le temps ! Alors, ce que je vous propose, pour ce carême, c’est de donner un peu de votre temps pour redécouvrir le Christ. Ce livre de théologie que vous pensiez lire pendant vos vacances, et qui se couvre de poussière : lisez-le à la place d’un roman, ou d’une biographie. Que lire ? A votre choix… Avez-vous lu le ‘Jésus’ de Petitfils, ou celui de Benoît XVI ? Je pense aussi, pour les couples, à un livre de spiritualité conjugale, celui d’Yves Sémen, par exemple. Ou encore une vie de saint. Mais prenez la résolution de lire au moins un livre ‘sérieux’ pendant ce carême. Sortez-le de vos rayonnages ou achetez-le dès maintenant.

 

2) Ensuite la prière.

     En lui-même, le carême n’est qu’un temps de transition. L’objectif c’est Pâques, la résurrection. Alors, faites de ce carême un temps d’action de grâce ! Retrouvez l’émerveillement de vos fiançailles avec le Christ ! Nous sommes, nous français, le peuple qui nous plaignons le plus, qui nous désespérons le plus. Il y a peut-être de quoi. Mais de ces 40 jours, faites-en un temps de merci. Même si vous êtes tristes, à juste titre, il y a certainement des raisons d’action de grâce, des raisons d’espérer.

     Vous le savez, ce carême sera plus spécialement une découverte ou une redécouverte de nos frères chrétiens d’Orient. Alors chaque jour, prenez la décision de prier pour eux ; Et peut-être prenez l’occasion de ce carême pour faire une prière en famille, pour nos frères d’Orient. Récitez, par exemple, la ‘Prière de l’œuvre d’Orient’ que vous trouverez sur les présentoirs. Remercions le Seigneur de nous permettre, nous en France, d’échapper aux atrocités que connaissent nos frères d’Orient et redoublons de prière pour eux.

 

3) Enfin, le jeûne

     Jeûner, c’est se priver… ou plutôt réorienter nos occupations vers l’essentiel. Alors, ce que je vous propose, c’est de mieux connaître ces chrétiens d’Orient. Et tout d’abord en venant écouter Mgr Gollnisch le 3 mars. Avec votre carnet de chèques s’il vous plait ! Car la prière n’est pas suffisante. Et puis en lisant tel ou tel article, ou n° spécial qui présente la situation des chrétiens là-bas. Ne serait-ce que la revue Œuvre d’Orient. Et le 3 mars, il y aura des livres qui seront vendus.

     Donc, à ce niveau du jeûne, privez vous de telle lecture, ou de telle soirée de cinéma, pour être vraiment catholiques, universels. Il s’agit de ‘sortir’, rappelez-vous ce que demande notre pape. Eh bien, sortons vers ces périphéries terribles où nos frères dans le Christ sont persécutés. Laissons nos cœurs se dilater à la mesure de la charité du Christ, afin de fêter dans la vérité la Résurrection de notre Seigneur.

 

 

 Père Hervé Rabel