Père Hervé Rabel le 4 octobre 2015

       27ème dimanche du temps ordinaire - St Pierre / St Jacques - 4 octobre 2015

 

     Au moment où s’ouvre la 2ème session du Synode sur la Famille, la Parole de Dieu de ce jour vient à point nommé !

 

1) « Au commencement de la création… » souligne le Christ

     Lui qui est l’alpha et l’oméga, il va permettre au projet de Dieu d’être repris à la racine. Ce ‘commencement’ c’est la beauté et la grandeur de l’union de l’homme et de la femme, bref, la grandeur du mariage catholique. Il y a 8 jours, à Philadelphie, le pape ne disait-il pas : ‘La famille a une citoyenneté qui est divine, sa carte d’identité est donnée par Dieu. C’est la plus belle réalité que Dieu créa’.

     Nous avons une chance étonnante, avec cette extraordinaire ‘Théologie du Corps’ élaborée par St Jean-Paul II, et qui est en train de se diffuser, de mettre en valeur la signification du couple, telle que Dieu l’a voulue : par leur don mutuel, et total, l’homme et la femme deviennent le signe par excellence, le sacrement de ce qu’est Dieu-Trinité en lui-même et de ces épousailles humano-divines opérées par le mystère pascal.

 

2) Mais, pour cela, il s’agit d’ « accueillir le royaume à la manière d’un enfant »

     Il s’agit, pour le couple, de devenir ce royaume, de devenir ce signe inouï, unique, de Dieu dans notre monde. Et c’est là une chance étonnante pour l’Eglise : à un moment où le mot ‘mariage’ ne veut plus dire grand-chose, tellement il a été perverti, les fidèles laïcs sont invités à accueillir la grâce du sacrement de mariage, à la renouveler au plus profond d’eux-mêmes. Mais, en même temps, à savoir accueillir la croix et à unir leurs souffrances, inévitables, à celles du Christ.

     Quel enjeu pour l’Eglise ! La préparation au mariage : ‘il y a quelque chose qui ne va pas’ soulignait le pape François en revenant des Etats-Unis. Comment faire découvrir à ces jeunes, bien souvent éloignés de l’Eglise, et en quelques mois, cette grandeur d’être témoin du Dieu créateur et sauveur ? Comment permettre aux couples de ‘tenir bon’ : je pense à Alpha-Couple qui va être lancé sur la paroisse. Comment faire découvrir au plus jeunes la signification de leur sexualité : un Atelier cyclo-show pour les jeunes filles, à St Pierre, a été pour ces filles accompagnés de leur maman, une belle découverte. Et il y aura le dîner 25/50 ans, la Journée des Familles, pour que les couples ne se sentent pas isolés…

 

3) « Tous deux ne feront plus qu’un » affirme la Genèse

     Affirmation qui sera reprise par le Christ en St Matthieu. Le Synode va très certainement aborder cette question de l’accès des personnes divorcées/remariées aux sacrements, elle qui a fait et fait encore tant de polémiques. Il est impossible d’aller à l’encontre d’un ordre du Christ lui-même et d’une tradition sans faille de l’Eglise. Ce serait briser la cohérence de tout le mystère chrétien, du fondement même de la Révélation : un Dieu-Trinité qui se donne pour toujours en lui-même, les épousailles de l’Epoux et de son épouse, l’Eglise.

     Mais vous lirez l’éditorial de ce jour : il est essentiel d’accompagner ces personnes blessées, en souffrance, sur un chemin spécifique de sainteté ; de les accueillir fraternellement et de leur faire comprendre qu’à travers les ‘accidents’ de leur itinéraire, Dieu va leur confier, au sein de la communauté, une mission bien spécifique. Chacun, à travers les aléas de sa vie, est appelé à la sainteté, car la beauté de la sainteté sauvera le monde, ce monde si défiguré aujourd’hui par le péché mais le dont le Christ veut « conduire cette multitude de fils jusqu’à la gloire », comme le rappelle le passage de l’Epitre aux Hébreux de ce jour…

 


Père Hervé Rabel