Père Hervé Rabel le 30 août 2015

               22ème dimanche du temps ordinaire ‘B’ - Saint-Pierre - 30 août 2015

 

 

1) L’oreille

     « Maintenant, Israël, écoute ». A la suite du peuple juif, nous devons être des écoutants. Du Fils qui nous parle, à chacun de nous, par l’Esprit-Saint. « Il a voulu nous engendrer par sa parole de vérité » souligne St Jacques. Nous engendrer : la Parole faite chair nous engendre à la vie du Père. Il nous faut donc « accueillir la Parole semée en nous » poursuit-il. La bonne semence qui doit germer dans la bonne terre que nous devons être. Dans l’Evangile, que font les scribes et les pharisiens ? Ils voient. Or le Christ appelle la foule et lui dit : « Ecoutez-moi tous… » ; de même les disciples, à qui il s’adresse ensuite.

     En ce début d’année scolaire, et d’année paroissiale, le Seigneur ne nous demande pas d’abord de voir, mais d’être des écoutants. Il nous demande une écoute amoureuse de sa parole, car nous avons à être des réceptacles de cette Parole, qui doit nous façonner jour après jour, pour nous faire progressivement ressembler au Christ. Ecoute la Parole, pas seulement celle du dimanche mais ce que l’Eglise nous propose chaque jour. Chaque jour, le Seigneur nous propose une lettre d’amour, sa parole, à écouter amoureusement. Allons-nous ouvrir cette lettre d’amour quotidienne ?

 

2) La main

     « Ecoutez… [ces paroles] pour que vous les mettiez en pratique », demande Moïse au peuple d’Israël. Et, en écho, St Jacques insiste : « Mettez la Parole en pratique, ne vous contentez pas de l’écouter ». Je pensais à Péguy qui disait, en parlant de Kant : ‘Il a les mains pures, mais il n’a pas de mains’. Se contenter d’écouter c’est avoir les mains pures… Etre ‘pieux’ : mon Dieu et moi… ! Ce n’est pas ce que nous demande le Seigneur

     Justement, en ce début d’année, que nous demande le Seigneur ? N’est-ce pas une bonne occasion de s’arrêter un peu, pour faire le point ? « Visiter les orphelins et les veuves » écrit St Jacques. Mais aujourd’hui ? S’il s’agit d’écouter la Parole, en priorité, il s’agit peut être aussi de regarder, de voir le monde : celui qui nous entoure et le monde plus lointain. C’est à travers cette écoute, mêlée à ce regard, que nos mains vont pouvoir s’activer. Vis-à-vis de mon conjoint, de mes enfants, petits-enfants. Mais également la paroisse, et la société, ce vers quoi nous sommes envoyés, en priorité, comme fidèles laïcs : quel vaste terrain nous est proposé ! Encore faut-il faire des choix…

 

3) Le cœur

     Vous avez écouté l’oraison d’ouverture : Seigneur, ‘enracine en nos cœurs l’amour de ton nom’. Et Jésus, citant Isaïe : « son cœur est loin de moi » ; et il poursuit : « C’est du dedans, du cœur de l’homme… ». Le cœur, pour le monde juif, ce n’est pas le lieu des émotions, mais celui de la volonté, ce qui fait que nous sommes un être humain, ce qui nous caractérise. Et ce cœur, c’est le lieu où notre Dieu veut faire sa demeure : le lieu d’habitation de la Ste Trinité, depuis notre baptême.

     Ecouter avec notre oreille, mettre en pratique avec notre main, c’est bien pour que notre cœur devienne le réceptacle, le tabernacle, du Dieu vivant. Pour devenir un ‘autre Christ’, ce que le baptême fait de chacun de nous. Si, bien entendu, nous avons un cœur ouvert, si nous acceptons que ce soit le cœur de Jésus qui devienne notre propre cœur. Cette transplantation cardiaque divine ! N’est-ce pas le rôle de l’eucharistie : laisser insensiblement le cœur du Christ envahir tout notre être ? Nous remplir à nouveau de l’Esprit-Saint pour, avec, par et dans le Christ, devenir une vivante offrande à la gloire du Père. Oui, c’est bien la messe qui nous modèle par la Parole, qui donne à nos mains de travailler pour le Royaume, avec un cœur devenu semblable à celui de Notre-Seigneur.


 


 

Père Hervé Rabel