Père Hervé Rabel le 25 mai 2017

                                              Ascension 2017 - Saint-Pierre

 

1) Trois réalités : l’Eglise

     D’abord la Galilée, cette région mêlée, peu orthodoxe, le monde avec ses ambiguïtés : c’est bien là où l’Eglise est envoyés. Mais, en même temps, il y a la montagne : les disciples sont dans le monde, mais pas « du » monde. Cette Eglise, elle n’existe que parce que le Christ l’a voulu, et elle vit sous la mouvance de la résurrection. « L’énergie, la force, la vigueur que Dieu a mis en œuvre dans le Christ quand il l’a ressuscité… » affirme St Paul.

     L’Ascension, c’est donc d’abord ce relais passé par le Christ à son Eglise. Et c’est une magnifique marque de confiance : « Vous serez alors mes témoins » dit-il dans les Actes. Non pas : ‘je souhaite que vous soyez mes témoins’, mais « Vous serez mes témoins » ! Parce que, comme le rappelle l’oraison d’ouverture : ‘Nous sommes les membres de son corps’ et qu’il compte sur chacun de nous.

 

2) Les doutes

     Il y a cette question anxieuse dans les Actes : « Est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? ». Et, bien sûr, cette remarque étonnante, alors que le Christ est ressuscité, qu’il est là, avec ses disciples : « Mais certains eurent des doutes ». Cependant, c’est justement cette remarque, ce questionnement légitime, qui permet à Jésus de « s’approcher d’eux » et de leur confirmer sa confiance : « faites des disciples ».

     L’Ascension, qui est absence corporelle de Jésus, nous met en déséquilibre, mais nous renvoie à notre liberté d’homme, de croyant. « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ». Seulement, l’Esprit est surprenant, il désarçonne… A travers nos questionnements, tout à fait légitimes, il s’agit d’ouvrir son cœur à l’action de l’Esprit : cet « Esprit de sagesse qui révèle et fait connaître le Père », nous rappelle St Paul. C’est bien pourquoi l’oraison d’ouverture demande à Dieu : ‘Ouvre-nous à la joie et à l’action de grâce’.

 

3) La mission

     Le Christ ressuscité met une distance entre lui et ses disciples, pour que ceux-ci se tournent vers le monde où ils sont envoyés. « Allez ! De toutes les nations, faites des disciples ». Et dans les Actes : « Vous serez alors mes témoins… jusqu’aux extrémités de la terre ». Et pour cela, le Christ les enseigne longuement, on le voit bien dans ce passage des Actes, mais aussi dans l’évangile où il « leur adresse ces paroles ».

     L’Ascension, c’est l’envoi en mission de cette Eglise qui nait, et qui, à travers ses questions et ses doutes, va annoncer la Bonne nouvelle de la résurrection. Le Christ met en garde contre toute nostalgie : « Pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ! ». Il nous invite à prendre, dans ce monde si déroutant, notre responsabilité de chrétien. C’est bien pourquoi l’oraison d’ouverture rappelle : ‘L’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire… et c’est là où nous vivons en espérance’.

     

Père Hervé Rabel