Père Hervé Rabel le 14 juin 2015

                 11ème dimanche du temps ordinaire ‘B’ - Saint-Pierre - 14 juin 2015

 

     La Parole de Dieu évoque la croissance du royaume : réalité étonnante, qui va vers un accomplissement, qui dépasse toutes nos espérances.

 

1) Une réalité étonnante

     Cette semence qui germe et grandit et l’homme qui ne sait comment… Les anciens étaient étonnés par cette croissance mystérieuse. Il y a ce point de départ : on ‘jette la semence’ ensuite… à la grâce de Dieu !

     Maurice Zundel écrivait : ‘Le règne de Dieu ne peut se réaliser concrètement que par le rayonnement d’une vie humaine transfigurée’ : un appel à laisser l’Esprit, semé en nous au baptême, faire son œuvre mystérieusement.

     « Nous cheminons dans la foi, non dans la claire vision » affirme St Paul : garder confiance dans cette croissance du règne de Dieu, cette vie de Dieu en chacun, en nous, en l’autre. Nous sommes bien plus précieux pour Dieu que nous ne le pensons, quelque soient nos limites, nos misères… Chacun, comme cette semence de l’évangile, est appelé à grandir dans le Christ.

 

2) Une réalité qui va vers son accomplissement

     Cette semence qui devient herbe, épi, blé… Qui, non seulement grandit, mais se transforme et porte du fruit. C’est l’homme, appelé à dépasser infiniment l’homme, à porter du fruit en abondance.

     Zundel écrivait aussi : ‘Le royaume de Dieu, c’est l’homme ouvert, l’homme transparent, l’homme généreux, l’homme qui laisse passer à travers lui toute cette vie de Dieu’ et qui, ainsi, est appelé à prendre toute sa dimension d’image et de ressemblance divines. Nous valons beaucoup plus que nous ne le pensons, puisqu’appelés à être divinisés. Nous allons vers notre véritable naissance, vers cette transfiguration qui trouvera sa plénitude au Ciel, dans le Christ.

     « Notre ambition, c’est de plaire au Seigneur », s’écrie St Paul : en nous laissant façonner par l’Esprit pour devenir fils dans le Fils, réfléchissant la Lumière. Appelés à participer à la Gloire !

 

3) Une réalité qui dépasse toutes nos espérances

     Cette petite parabole de la graine de moutarde : la plus petite qui donne l’arbre le plus grand ; et les oiseaux du ciel qui se blottissent sous son ombre…

     En contrepoint, St Paul note « Nous gardons toute confiance », mais aussi, aux Romains, il écrira : « Espérant contre toute espérance » (4,18). C’est vrai que notre temps est rude ; le pape, à Sarajevo, s’alarme d’un ‘climat de guerre’. Et l’homme qui tend à se deshumaniser, à se paganiser…

     En cette fin d’année scolaire, quelque soient nos appréhensions, la Parole de Dieu nous invite à ne pas désespérer de l’homme, à croire que ‘rien n’est impossible à Dieu’. Qu’il ne fut peut être pas d’abord nous focaliser sur ce qui ne vas pas. Mais qu’il faut être attentif à toutes ces petites pousses qui grandissent… Ce n’est pas de l’idéalisme, c’est le réalisme du salut apporté à tous par le Christ et auquel nous sommes appelés à être partie prenante.

     La prière d’ouverture ne disait-elle pas : avec le secours de ta grâce, ‘nous pourrons, en observant tes commandements, vouloir et agir de manière à répondre à ton amour’. Cet amour qui ne désespère pads de l’homme.

 

Père Hervé Rabel