Père Hervé Rabel la Toussaint 2015

                                               Toussaint 2015 - Saint-Pierre

 

     Il y a 15 jours, canonisation de Louis et Zélie Martin. Comment peuvent-ils nous aider à comprendre cette fête de Toussaint ? On le voit, dans l’évangile, les disciples ont 3 attitudes, celles, justement, qu’ont eues les époux Martin.

 

1) Ils gravissent la montagne, à la suite de Jésus

     Gravir la montagne, c’est avoir un grand désir d’être saint. ‘Elevons notre cœur ! – Nous le tournons vers le Seigneur’. C’est ce qu’on désiré Louis et Zélie, à travers les méandres de leurs itinéraires, leur désir de vie religieuse, puis leur mariage accueilli comme vocation, l’éducation de leurs enfants. Cela aurait pu être un couple banal, ‘bien sous tout rapport’, heureux dans leur confort. Cette vie si ‘ordinaire’ a pourtant été la matrice de la sainteté.

    ‘Duc in altum’ nous dit Jésus : vise haut ! D’autant que Vatican II nous a rappelé l’universelle vocation à la sainteté. Au moment où, plus que jamais, mariage et famille subissent toutes les attaques, cette double canonisation de personnes ‘ordinaires’ doit nous donner du courage. ‘Le mariage n’est pas une finalité, mais un chemin vers le ciel’ dit l’évêque d’Ajaccio. Le fait que ce soit la 1re canonisation de 2 époux dans l’histoire de l’Eglise, et d’époux français, doit nous relancer dans notre désir d’être des saints, pour le salut de notre pays : ‘France, qu’as-tu fait de ton baptême ?’ avait lancé Jean-Paul II… Osons cette magnifique aventure qu’est l’appel à la sainteté ! Et demandons l’intercession des saints…

 

2) Ils s’approchent de Jésus

     Pour les Martin, que d’occasion de découragement : des vocations contrariées, la mort de 4 enfants, la maladie de Zélie, puis de Louis, le choix de leurs filles. Mais ces épreuves n’ont fait que les rapprocher du Christ. Pas seulement les épreuves, mais leur amour de l’Eglise, leur attention aux autres, la messe quotidienne, l’adoration eucharistique.

     S’approcher de Jésus, comme le font les disciples, c’est le regarder lui d’abord, et ne jamais se décourager, malgré les épreuves, malgré tout ce qui peut nous faire dévier de cette route. Aujourd’hui, c’est l’émotion qui domine, alors qu’il nous est demandé la foi ; aujourd’hui, c’est cette exténuation de la société, cette fin d’un monde qui nous inquiète, alors qu’il nous est demandé l’espérance. Aujourd’hui, c’est le refus des limites qui domine, alors qu’il nous est demandé de nous conformer au plan de Dieu. Sans nous décourager, nous avons à être ces signes de contradiction dans un monde qui n’a plus que l’idéal petit-bourgeois du matérialisme athée. La sainteté est, plus que jamais, d’actualité ! Demandons l’intercession des saints…

 

3) Enfin, ils se laissent enseigner par Jésus

     Ce qui est superbe, chez les Martin, c’est qu’ils sont devenus des saints, non par des exploits extraordinaires, mais tout simplement dans leur vie quotidienne d’époux, de parents, avec cette douceur et cette rigueur dans leur manière d’éduquer, mais aussi dans leur vie professionnelle et sociale. Tout cela a été pour eux, ces ‘devoirs d’état’ un lieu de sanctification. Fuyant la ‘mondanité’, ce couple qui menait une vie ‘bourgeoise’, sans compromission, sans mièvrerie, nous est donné en exemple.

     Les béatitudes, c’est un portrait de Jésus qui dit à ses disciples : ‘Regardez-moi et acceptez de me ressembler’. La vie de Louis et Zélie, ce fut de se laisser façonner, jour après jour, dans ce quotidien qui aurait pu être si médiocre, par l’Esprit-Saint. Notre vie se doit d’être une continuelle contemplation de ce visage du Christ, à travers toutes nos activités. Avoir toujours ce désir de ressembler au Christ, de devenir ‘autre-Christ’. Vivre notre vie, qui nous parait si ‘banale’ en l’ordonnant à Jésus. En cette fête de Toussaint, demandons, que nous soyons mariés ou non, à Louis et Zélie leur intercession, afin de gravir avec eux la montagne, faire de notre vie quelque chose de grand et de beau, nous approcher de Jésus, avant de le contempler pleinement au Ciel, avec tous les saints.


 
 

Père Hervé Rabel