Père Delesque le 25 septembre 2016

Homélie 25 septembre - XXV TOC

 

 Pour expliquer la parabole du riche et du pauvre Lazare, je vais vous raconter une petite conversation entre une maîtresse d'école et son élève :

Un jour, une enfant de CM2 dit à sa maitresse :

- Madame, madame, est-ce que je peux être puni pour quelque chose que je n'ai pas fait ?

La maîtresse :

- Mais bien sur que non, on ne va pas te punir pour quelque chose que tu n'as pas fait.

L'enfant :

-    Eh bien, ça va alors... parce que je n'ai pas fait mes devoirs !"

 La plupart du temps, les enfants aiment bien cette histoire et les parents pas trop, je me garde bien de la raconter devant les maitresses à Ste Croix, mais je pense qu’elle peut nous aider aujourd’hui à comprendre des textes bien difficiles de la liturgie.

 À votre avis, est-ce que l’homme riche de la petite histoire, de la parabole de Jésus comprend pourquoi il est puni ?

Vous remarquerez qu’à aucun moment il se plaint de la punition ou dit qu’elle n’est pas juste… si la maitresse a un peu d’humour, ça peut marcher mais pas plus d’une fois…

 Est-ce que vous les enfants, vous êtes d’accord que Lazare, il aurait vraiment dû s’occuper du pauvre qui était tous les jours devant sa porte? Qu’il aurait mieux fait de lui donner les restes de ses festins plutôt qu’à ses chiens…?

 Me voilà rassuré, vous comprenez l’essentiel.

             Le scandale, c’est qu’il ne l’a pas vu… ou qu’il ne le remarquait plus !!

            Avouons-le, parfois ça peut nous arriver de ne pas voir les besoins des autres…

 Je suis rassuré parce qu’avec les lectures du jour, il y aurait de quoi en faire de très mauvaises interprétations :

 Comme croire par exemple que Dieu est :

lointain, distant, absent voire insensible… pire qu’il nous fait des reproches ou qu’il nous menace… croire cela, c’est ne rien avoir compris à la bible…

 -    dans l’évangile, il y a un homme riche qui finit au séjour des morts en proie à la torture, qui reçoit la souffrance parce qu’il n’a pas été capable de se soucier du bonheur des autres pendant sa vie… dans l’année de la miséricorde, ça fait désordre…

-    St Paul dit qu’il faut mener le combat de la foi… après les évènements tragique qu’on connait, ça fait désordre… C’est quoi se battre pour la foi? Ce nest certainement pas se battre pour une religion ou contre des mécroyants… C’est se battre pour être fidèle à JC, pour que lesprit de JC vive en nous

-    Et le prophète Amos promet le malheur à ceux qui vivent tranquilles, vautrés sur leurs divans… La tranquillité et la paix, notre monde en a quand même bien besoin… Mais nous n’avons qu’une vie, cest pour faire du bien sur la terre, pas pour rester confortablement dans notre canapé !

 Nous n’avons pas le temps de faire tout un cour de théologie mais dans les 3 minutes qui me restent je vais vous poser 2 questions, vous donner une opinion personnelle et 2 remarques. Accrochez-vous!

2 Questions :

 - Quelle est l’image que nous avons de Dieu ?

- Quelle est l’image que nous donnons de Dieu ? A nos enfants, nos amis, nos concitoyens, individuellement et comme paroisse…

Les 2 questions sont intimement liée, si nous devons donner une image vraie du vrai Dieu, nous devons prier chaque jour, lire et méditer la parole de Dieu, nous former et témoigner…

 Mon opinion personnelle : dans notre société française, je pense qu’il faut plus de religion et pas moins de religion pour le bien commun. En tout cas de religion qui donne une image vraie de Dieu…

 Et mes 2 remarques :

 La première : le Ciel et la Terre ne sont pas 2 mondes parallèles ou 2 réalités qui se superposent… mais le ciel et la terre sont 2 réalités qui sont en Communion… Dieu est tout proche, tout présent…

Toute la bible en témoigne : Dieu vient à la rencontre de l’homme… Juste après cette messe je célébrerai un baptême…

            - lors du baptême de Jésus : le ciel se déchire, une voix se fait entendre… pour qui sait ouvrir ses yeux et ses oreilles!!

 

Deuxième remarque :

Sans être très long, je vous invite à vous souvenir de l’exemple de Mère Teresa qui a été canonisée il y a 3 semaines :

 

Vous souvenez-vous l’image que mère Teresa donnait de Dieu… et de ce que ça voulait dire pour elle croire en Dieu, connaitre Jésus…?

 Lazare est envoyé et on ne le voit pas… Il est écrit : « le pauvre mourut et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham ». Il meurt et il n’y a personne pour s’occuper de son corps… Comment ne pas penser à Mère Teresa… sa première mission a été de s’occuper des pauvres qui mourraient seuls dans la rue…

 Pour conclure, vous voyez bien que cette parole : « malheureux ceux qui vivent dans une situation tranquille », c’est une parole bien concrète et bien exigeante.

            - L’exigence de savoir voir le pauvre qui nous est envoyé,

            - L’exigence de savoir entendre la voix de Dieu qui vient du Ciel et qui dit celui-ci est mon fils bien-aimé.

            - Finalement l’exigence de ne pas nous imaginer Dieu comme ceci ou comme cela en fonction des phantasmes ou des culpabilités de notre époque et de notre société, mais de connaitre Dieu tel qu’il est vraiment et donc de témoigner de sa miséricorde dans un monde qui ne sait pas voir et ne sait pas entendre.

 « Je n’ai pas fait mes devoirs hier… » Ça peut presque faire rire la maitresse…

Mais en ce qui nous concerne, je crois que Dieu nous invite à faire notre devoir de témoins du Ressuscité, à ouvrir nos yeux aux besoins de nos frères et nos oreilles à sa Parole de miséricorde.             AMEN

Père Damien Delesque