Père Damien Delesque - Vendredi Saint - 19 avril 2019

Chers frères et soeurs, 

Les apparences sont parfois trompeuses. 

Jésus le Messie de Dieu vient de mourir et apparemment tout est fini. 

Apparemment il a été abandonné de tous… même de Dieu… apparemment. 

Apparemment, les chefs des prêtres sont arrivés à leurs fins…

Apparemment, Hanne, Caïphe et Hérode se sont joués du prophète et faiseur de miracles. 

Apparemment Jésus n’était qu’un beau parleur. 

Apparemment Pilate n’a jamais été aussi puissant et pourtant si peu sûr de lui-même. 

Apparemment Judas a fait une affaire en or, mais ce n’était que de l’argent. 

Apparemment la foule a fait son choix librement entre Jésus et Barabbas.

Apparemment, l’orgueil, la cupidité, le pouvoir peuvent rendre heureux. 

Cette fausse liberté n’est qu’un écran de fumée. 

 

Les apparences sont parfois trompeuses.

 

Apparemment tout le monde est contre le Fils de l’homme. 

Apparemment Dieu est mort. 

Apparemment sa foi et son amour des autres ne lui servirent à rien. 

 

La multitude avait été consternée en le voyant, car il était si défiguré qu’il ne ressemblait plus à un homme ; il n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme 

Attention, les apparences sont parfois trompeuses.  

Il étonnera de même une multitude de nations ; devant lui les rois resteront bouche bée, car ils verront ce que, jamais, on ne leur avait dit, ils découvriront ce dont ils n’avaient jamais entendu parler.

Et vous, que voyez-vous? Qu’avez-vous découvert de si précieux ?

 

Apparemment, l’Église n’est qu’un entreprise humaine où il n’y a pas moins de pervers narcissique, de lutte de pouvoir, de cupidité et d’orgueil qu’ailleurs. 

Apparemment, l’Église a perdu toute crédibilité. 

Apparemment son discours ne portera plus. 

Apparemment les catholiques sont tous des hypocrites.

Apparemment, elle n’a plus rien à dire au monde. 

 

Attention, les apparences sont parfois trompeuses. 

 

Et vous, que voyez-vous? Juste une institution corrompue qui a fait son temps ou bien le corps vivant du Christ et le peuple du Dieu éternel?

 

Apparemment, Notre-Dame de Paris a brûlé d’un feu dévorant qui détruit tout sur son passage. 

Apparemment le vieux coq gaulois ne représentait déjà plus rien. 

Apparemment le pays est si fracturé qu’il laisse bien peu d’espoirs pour l’avenir. 

Apparemment l’Église est tellement meurtrie qu’elle ne saurait rester debout pour accomplir sa mission. 

Apparemment il n’y a pas de relèvement et de reconstruction possible. 

 

Attention, les apparences sont parfois trompeuses.

 

Et vous, que voyez-vous? Qu’avez-vous découvert de si précieux ? 

Il est encore trop tôt pour le dire, nous sommes sous le choc d’un vendredi saint où apparemment le mal l’emporte… 

 

Mais quelque chose d’intérieur, de vivant et d’éternel, quelqu’un vous a poussé à venir prier ici ce soir. Alors qu’allons-nous demander à Dieu? Et bien de voir au-delà des apparences. 

Nous devons demander à Dieu une apparition ! Car seule une apparition pourra nous sauver. 

 

Lorsque les pompiers sont entrés dans la cathédrale Notre-Dame après avoir lutté courageusement contre les flammes du mal, ils ont vu 3 apparitions. 

 

La première apparition, c’est la croix glorieuse. Cet or là n’a pas fondu… la croix n’a pas été renversée mais elle est restée debout en signe annonciateur de la victoire du Christ : 

 

Frères, en Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui a traversé les cieux ; tenons donc ferme l’affirmation de notre foi.
En effet, nous n’avons pas un grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, mais un grand prêtre éprouvé en toutes choses, à notre ressemblance, excepté le péché.
Avançons-nous donc avec assurance vers le Trône de la grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours.

 

La deuxième apparition en se rapprochant de la croix : Marie, Notre-Dame, debout non plus au pied de son fils crucifié mais à quelques mètres au pied du pilier. Marie de son doux sourire maternel soutien le pilier et empêche l’Église de s’écrouler. 

 

La troisième apparition, presque par hasard, dans les décombres fumants… le coq. Le coq est un animal fier, mais attention, les apparences sont parfois trompeuses. La valeur de ce coq ce n’est pas lui, sa petite personne, mais le trésor qu’il porte. Sa vocation était de rendre témoignage. 

 

Il portait une relique de la couronne d’épine, symbole des blessures du Christ et de toutes les blessures de notre chair et de notre France. Le Christ peut tout guérir, Jésus peut tout sauver. J’y crois, voilà pourquoi je ne baisserai ni la tête ni les bras. 

 

Il portait une relique de St Denis, prêtre et évêque de Paris, prêtre et évêque décapité. Alors que beaucoup veulent couper des têtes de prêtres et d’évêques, St Denis est celui qui ramasse sa tête et continue d’avancer avec sa tête dans ses mains. La tête de l’Église c’est le Christ, ni le Pape, ni les évêques, ni les prêtres mais le Christ. Or le Christ a choisi des hommes pour en faire ses prêtres et les pasteurs de son peuple. Prions pour que le Père Morel, le Père Chollet, le Père Hauttecoeur, le Père Kiala, moi-même et tous vos prêtres soient saints, doux et humbles comme Jésus-Christ serviteur. 

 

Il portait une relique de ste Geneviève, une femme et une laïque. Celle qui sauva Paris devant Attila et ses hordes. Prions pour les laïcs, prions spécialement pour les femmes. L’Église c’est d’abord vous, pierres vivantes qui donnez la vie. Après 850 ans, c’est notre génération qui aura fait brûler Notre-Dame. La génération soit-disant la plus évoluée… Mais attention, les apparences sont parfois trompeuses. Progrès techniques, progrès sociétaux, progrès des moeurs…? 

 

Qui seront les prochains saint-Denis et les prochaines sainte-Geneviève qui s’engageront pour guérir le coeur et la chair meurtrie et blessée de nos frères, de nos soeurs, de nos concitoyens ? 

 

Au milieu du désarroi, de la souffrance, de l’injustice, de la division, nous avons besoin d’une apparition… et d’une seule! Celle de Jésus ressuscité. 

 

Nous n’avons pas besoin de coqs. Nous n’avons pas besoin d’une croix vide même recouverte d’or. Nous n’avons pas besoin d’une statue de pierre, fût-elle du XIVème siècle. Nous avons besoin de voir le ressuscité. Aujourd’hui nous pleurons, demain nous guetterons l’aurore. 

 

Celui qui a vu rend témoignage, et son témoignage est véridique ; et celui-là sait qu’il dit vrai afin que vous aussi, vous croyiez.

 

Je veux voir Jésus vivant. Et je ne veux pas attendre le ciel pour cela. Je veux contempler sa croix, je veux l’embrasser et recevoir le don de la foi, la foi des bâtisseurs de cathédrale, la foi des saints. Ne doutez plus mais devenez croyant. N’ayez plus peur mais devenez des témoins de Jésus. VOICI LE BOIS DE LA CROIX QUI A PORTÉ LE SALUT DU MONDE ! Contemplez !

Avançons-nous donc avec assurance vers le Trône de la grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours. Ta sainte Croix, Seigneur, nous la vénérons!

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.