L’Ecoute de la Parole

De nombreux psaumes insistent sur le cœur qui écoute, le traditionnel « Shema Israël » demande d’écouter, le premier mot de la Règle de Saint Benoit est « écoute ». C’est la condition essentielle à la « descente » de la Parole de Dieu dans les cœurs. Pour Saint Benoit, l’écoute se fait avec l’être entier, corps et intelligence tendus. Elle requiert donc de l’attention, et une conscience vivante. La racine latine du verbe entendre est la même que celle du mot obéissance ; elle invite à l’humilité dans la réception de la Parole. Au cours de la Messe, nous écoutons les lectures tirées de l’Ecriture Sainte. Le lecteur lit, l’assemblée écoute. La Parole de Dieu pénètre alors les cœurs préparés. Etre attentif signifie non seulement ne pas se laisser distraire, mais encore la recevoir telle qu’elle se présente. « Vivante, énergique, plus tranchante qu’une épée, elle pénètre jusqu’à diviser âme et esprit, elle passe au crible les mouvements et les pensées du cœur » (Héb, 4,12). La Parole se reçoit dans la foi, l’espérance et l’amour. Le Christ lui-même nous promet une béatitude « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et l’observent ! » (Luc 11,28)

Caroline Monin