Le purgatoire

Certains disent que le Purgatoire n’est pas une notion biblique. Pourtant, il en est fait mention à plusieurs reprises. Cela commence par une idée d’anciens combattants. Ainsi, Judas Maccabée, revenant d’une bataille contre Gorgias, l’occupant Iduméen, fit faire « un sacrifice expiatoire pour les morts afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés » et qu’ils puissent bénéficier de la Résurrection (2M 12, 46). Encore aujourd’hui, l’Église continue à enseigner qu’il faut prier pour les morts. Le feu devant purifier les morts est évoqué dans le Psaume 66 : « Nous sommes passés par l’eau et par le feu ». Origène et Ambroise de Milan voient dans ce verset une allusion au feu purgatoire. Et pour S. Paul, le jugement de Dieu est une épreuve de vérité, on y passe « comme à travers le feu » (1Co 3, 15). Par ailleurs, la Bible est témoin de métaphores pour localiser les morts : le shéol, les enfers, le sein d’Abraham… Il est clair que voir Dieu face à face, joie sans fin des bienheureux, ne peut se faire sans passer par une ultime purification. Qui peut dire qu’il est prêt à rencontrer Dieu sans un pincement au cœur ? Pourtant, c’est bien le Paradis qu’il faut viser, et directement. Car cet état purgatoire (et non ce lieu), s’il est provisoire, n’en reste pas moins douloureux. Et ce serait décevoir le Seigneur que de vouloir entrer dans son Paradis… par la petite porte !

Père Sébastien Neuville