La venue du « Fils de l’Homme »

En ce 1er dimanche de l’Avent (du latin adventus : venue, arrivée), Jésus, parlant à ses disciples de « sa venue » leur dit : « Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire », avant de conclure en ces termes : « restez éveillés et priez en tous temps : ainsi vous serez jugés dignes d’échapper à tout ce qui doit arriver et de paraître debout devant Le Fils de l’homme ! » (Lc. 21, 25-36). Quelle « venue » attendons-nous ? Si l’Avent nous invite à célébrer la Nativité (le mystère de l’Incarnation par lequel Dieu s’est fait homme), près de 80 fois dans le Nouveau Testament, l’expression « Fils de l’homme » est mise sur les lèvres de Jésus qui l’a donc choisie pour permettre à ses interlocuteurs de découvrir la réalité unique de sa personne. Le Fils de l’homme n’est pas seulement un « Fils d’homme » (nature humaine) ; il est également « Fils de Dieu » (nature divine) : le mystère de « l’Union hypostatique ». C’est sa venue en gloire – la « Parousie » (du grec : venue, arrivée, présence) – que les textes de ce jour nous invitent donc non seulement à attendre, mais plus encore à préparer !

Olivier Verney