La prière eucharistique

La prière eucharistique est le sommet de la messe. Le Missel romain propose un certain nombre de prières eucharistiques, mais leur structure est la même : La prière s’y déploie sous trois formes.. C’est d’abord un triple appel à l’assemblée de se joindre à la prière : « Elevons notre cœur… » Après son accord : « Cela est juste et bon », la louange peut se déployer. Dans la préface, elle rappelle les merveilles de Dieu pour son peuple et débouche sur l’hymne des Séraphins ; « Saint, le Seigneur de l’univers ». Vient l’action de grâce pour la présence du Seigneur et pour toutes les interventions de Dieu dans l’histoire du salut. Elle culmine dans le mémorial de la mort et de la résurrection du Seigneur. L’assemblée joint sa voix à celle du prêtre par l’acclamation de l’Anamnèse. Puis l’on prie pour que s’accomplisse cette annonce et que vienne le monde nouveau. C’est l’intercession pour l’Eglise, le monde, les défunts. Cette séquence unifiée est couronnée par la doxologie finale : « Par lui, avec lui et en lui » qui invite l’assemblée à proclamer son adhésion : « Amen ! » Il y a donc, à trois reprises, un « dialogue » entre le célébrant et l’assemblée. Soulignons aussi que la prière eucharistique est une prière trinitaire : le Père, le Fils et l’Esprit Saint sont invoqués. C’est le Concile Vatican II qui a permis que la prière eucharistique soit proclamée à haute voix et en langue vernaculaire, afin de permettre la participation « active et consciente » du Peuple de Dieu rassemblé.

Aline de Boissière