La foi : un trésor extraordinaire et extraordinairement gratuit

Nous faisons parfois de la foi quelque chose de naturel, d’habituel, une culture à faire durer, un héritage à transmettre à nos contemporains en l’acclimatant à eux, en l’humanisant. Elle peut devenir alors incompréhensible pour l’incroyant. C’est oublier que la foi est une réalité surnaturelle, « un trésor extraordinaire et extraordinairement gratuit » qui « nous vient indéfiniment de Dieu et indéfiniment comme une étrangère » (Madeleine Delbrêl). Parce que le Royaume de Dieu est étranger au monde.

Nous avons à nous laisser enseigner pour, sans cesse, approfondir les vérités surnaturelles de notre foi, afin d’en vivre et de les annoncer sans les rapetisser. Si la foi est peu annoncée, c’est peut-être que nous croyons peu. Il faut mettre en actes les vérités de notre foi. Elle n’est ni un bien à faire durer, ni un perfectionnement personnel, mais « un savoir-faire pour aimer Dieu, en travaillant pour Dieu » là où nous sommes et dans notre temps. Mais pour que la foi soit comprise, il faut que ceux qui l’annoncent veuillent être unis aux hommes autant qu’il est possible, « qu’ils soient étrangers à cause de leur foi et en rien à cause d’eux-mêmes. »

Anne Viry