La Divine Miséricorde

LA DIVINE MISERICORDE

 

 

 

             Le deuxième dimanche après Pâques est appelé celui de la Divine Miséricorde, selon le vœu de Saint Jean- Paul II, retourné au Père le jour même où l’on célébrait cette fête en 2005. Sainte Faustine, religieuse polonaise que Jean-Paul II canonisa, fut l’apôtre de la miséricorde, chargée par Jésus de propager son message dans le monde entier. On connaît notamment la fameuse icône de Jésus miséricordieux. La miséricorde puise sa source au plus profond du cœur, elle est synonyme de pardon, elle est surtout le plus grand attribut de Dieu.

Tous les pécheurs trouvent en son sein réconfort, comme Jésus l’a lui-même révélé à Sainte Faustine. La dévotion à la Divine Miséricorde ne contredit jamais la théologie, au contraire elle se fond avec celle d’un Saint Jean, d’un Thomas d’Aquin, d’une Thérèse de Lisieux. Notre Dieu est proche de l’homme, Il est « riche en miséricorde ». La miséricorde est déjà en place dans l’Ancien Testament, mais Jésus l’incarne parfaitement, et il en parle fréquemment. « Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde ! » N’ayons pas peur d’en appeler à la Divine Miséricorde - Elle n’attend que cela - « Jésus j’ai confiance en vous ! »,  et de la pratiquer à notre tour.

 

Caroline Monin