Jésus avait-il la foi ?

C’est, en particulier, Jacques Maritain (De la Grâce et de l’Humanité de Jésus) qui nous aide à penser « le mystère de l’âme de Jésus » ; dans le ‘sommet’ de cette âme, il y a la vision béatifique, car il est parfaitement Dieu, mais une vision qui est comme refoulée. Car, étant parfaitement homme, Jésus aura à accomplir un cheminement expérimental, il aura à grandir « en sagesse, en taille et en grâce » (Lc 2,52). Entre cette science béatifique, dans le ‘ciel’ de son âme (Maritain), et la science acquise, expérimentale, il y a cependant pour le Christ cette ‘science infuse’ qui, dès le début de son existence terrestre, lui donnera la connaissance des mystères divins, avec une absolue certitude. Jésus n’a donc pas la foi ! Il n’a pas besoin de ‘croire’, car il ‘sait’. L’âme de Jésus ne possède pas la vertu théologale de foi ; depuis le début de son existence, il sait qu’il est le Fils bien-aimé du Père et, en ce sens, il sait qu’il est ‘Dieu né de Dieu’.

Père Hervé Rabel