Deuil

FORMALITES ADMINISTRATIVES

La déclaration doit être effectuée le plus rapidement possible (si possible dans les 24 h) à la mairie du lieu de décès. Les documents à fournir sont le certificat de décès signé par un médecin, le livret de famille de la personne décédée, ou son acte de naissance, ou toute autre pièce d’identité. Une entreprise de Pompes funèbres peut se charger de toutes les démarches. Pompes funèbres :
- Pompes Funèbres Générales : 115 av. Achille Peretti, Neuilly, 01 46 24 08 22
- Pompes Funèbres Henri de Borniol : 111 av. Achille Peretti, Neuilly, 01 46 24 81 18
- Pompes Funèbres Rébillon Romelot : 13 rue des Graviers, Neuilly, 01 46 24 02 04
- Service Catholique des Funérailles : 66 rue Falguière, 75015 Paris, 01 44 38 80 80


CONTACTS AVEC LA PAROISSE

Saint-Pierre de Neuilly 90 avenue du Roule, 92200 Neuilly -
Tel : 01 46 43 98 00, Fax : 01 40 88 30 09 Courriel : saintpierre.neuilly@wanadoo.fr
Accueil : du lundi au vendredi : 9h-12h et 14h-19h ; samedi : 9h-12h ; 14h – 18h30 (horaires particuliers durant les vacances scolaires)

Saint-Jacques de Neuilly 167 boulevard Bineau, 92200 Neuilly-sur-Seine
Tel : 01 46 24 05 55,  Fax : 01 47 45 03 73 Courriel : stjacques92@free.fr
Accueil : du lundi au vendredi : 10h-12h (horaires particuliers durant les vacances scolaires)
Contact sacristain 06 62 37 98 33


 

LES FUNERAILLES

LE SENS CHRETIEN DE LA MORT

Dans la célébration des funérailles, l’Eglise célèbre le mystère pascal du Christ, qui donne son sens à toute mort humaine. Elle y associe le défunt et ceux qui sont réunis autour de lui. Le chrétien reconnaît que toute vie vient de Dieu, que toute vie va à Dieu, et que la mort n’est pas la fin de tout, mais un passage vers une vie nouvelle. « Dieu n’a pas fait la mort » (Sag. 1, 13). Jésus a fait de sa mort un acte d’amour pour son Père et pour les hommes. Il a rendu témoignage à la Vérité. Il est lui-même « la Résurrection et la Vie »(Jn 11,25). La résurrection du Christ est la vérité culminante de la foi chrétienne. Elle n’a pas été un retour à une nouvelle existence terrestre, mais une entrée dans la « Gloire », c’est-à-dire une vie pleinement divine. Nous croyons que nous ressusciterons à notre tour avec lui, corps et âme (notre « corps spirituel » comme dit saint Paul) parce que nous avons foi dans la parole de Jésus-Christ. Cette foi n’est pas le terme d’un raisonnement, ou le fruit d’une preuve. Nous croyons que dans la mort de chaque homme se joue une mystérieuse communion avec la mort et la résurrection du Christ. La vie éternelle est communion, participation à la vie de Dieu ; elle n’est pas seulement pour après la mort ; elle est déjà commencée dans le baptême, vécue chaque jour dans la foi, pleinement accomplie lorsque « nous vivrons avec le Seigneur » (St Paul).

JOUR ET HEURE DE LA CELEBRATION

En accord avec la famille du défunt, les Pompes Funèbres conviennent avec la paroisse du jour et de l’heure de la célébration religieuse. Elles lui remettent, accompagné d’une lettre introductive, le livret « Je suis la Vie » contenant des textes bibliques (Ancien et Nouveau Testament) retenus par l’Eglise pour la célébration des funérailles. A la paroisse, une personne de l’Equipe d’accueil des familles en deuil prend contact avec la famille pour convenir avec elle d’un rendez-vous pour préparer la célébration.

PREPARATION DE LA CEREMONIE RELIGIEUSE A LA PAROISSE

La personne de l’Equipe d’accueil est à l’écoute de la ou des personnes de la famille pour essayer de discerner leur attente ; elle leur demande d’évoquer la personnalité du défunt, sa vie et les événements qui y ont donné sens, car toute sa vie intéresse Dieu. Elle cherche à discerner sa foi et celle de sa famille, quelles qu’elles soient, afin de proposer une célébration convenant à ce qu’ils sont en vérité et à ce qu’ils désirent. Elle est attentive à la souffrance des familles et, avec délicatesse, cherche à dire une parole d’espérance et de foi. Elle propose de les guider dans le choix des textes liturgiques et dans celui de chants appropriés qui aideront la famille et l’assemblée à entrer dans la célébration. Elle assure le lien avec le célébrant et les différents intervenants (organiste, chanteur, sacristain). Elle veut offrir un accompagnement fraternel à ceux qui sont atteints par l’épreuve de la mort et de la séparation. Il est toujours possible de rencontrer personnellement un prêtre de la paroisse avant ou après les obsèques.

- En annexe : Déroulement habituel d’une célébration
- En annexe : Signification des principaux rites et symboles

AUTRES TEMPS DE PRIERE POSSIBLES

Il est bon d’envisager d’autres temps de prière, en particulier au cimetière, ou les jours précédents lors d’une veillée en famille. Des textes aimés peuvent être retenus, qui éventuellement n’ont pas trouvé leur place lors de la célébration religieuse. C’est aussi le moment de l’expression de sentiments particuliers ou de souvenirs personnels. Un schéma peut être proposé par la personne de l’équipe d’accueil.

- En annexe : proposition de schéma

POUR ALLER PLUS LOIN…

L’ESPERANCE

A la différence de l’espoir, qui est humain, l’espérance s’appuie sur la foi en la résurrection du Christ, sur la promesse de Dieu de la vie éternelle. Dieu est fidèle, il ne nous abandonnera pas. « Si nous avons mis notre espérance dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. Mais non : le Christ est ressuscité, prémices de ceux qui sont morts… » (I Co 15, 14…21 )

« Pour rencontrer l’espérance, il faut être allé au-delà du désespoir. Quand on va jusqu’au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore. » (Georges Bernanos)

LA SOUFFRANCE A-T-ELLE UN SENS ?

La souffrance est un non-sens. On a la tentation de dire : « Si Dieu était tout-puissant, il empêcherait cela ! » Le propre de la toute-puissance de Dieu est de susciter et de ressusciter la vie et l’amour au milieu des épreuves que nous traversons. Le sens de la souffrance est à chercher dans ce que nous allons faire de ce qui nous arrive. C’est un travail intérieur qui ne peut venir que de nous. La souffrance peut être féconde. « Jésus n’est pas venu supprimer la souffrance, il n’est pas venu l’expliquer, mais il est venu la remplir de sa présence. » (P. Claudel). Dans la nuit la plus profonde, il peut y avoir des petits signes d’une Présence.

LA MORT D’UN ENFANT

L’épreuve de la mort d’un enfant est une telle souffrance que tous les mots sont défaillants. Tous les repères ont comme explosés. L’Eglise ne peut approcher la détresse des parents, des frères et sœurs, qu’avec une infinie compassion, en se laissant conduire par une prière intérieure à Marie au pied de la croix.

LA COMMUNION DES SAINTS

L’Eglise tout entière est communion des saints. Elle est union avec le seul Saint, Dieu, en particulier dans l’Eucharistie. Elle est aussi union entre tous ceux qui participent à sa sainteté, les hommes morts ou vivants. Ce que chacun fait ou souffre dans le Christ porte du fruit pour tous.

POURQUOI PRIER POUR LES DEFUNTS ?

Parce que nous sommes tous ensemble la communion des saints, nous pouvons prier pour les défunts, pour que Dieu leur pardonne leurs fautes. Eux aussi prient pour nous. « Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre » (Ste Thérèse de l’Enfant Jésus)

LE JUGEMENT DERNIER 

Lorsque nous serons face au Seigneur seront mis en lumière la conduite de chacun et le secret des cœurs, ce que nous aurons fait de bien et tous nos refus spirituels et temporels. « Ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25,4) Rappelons-nous que Jésus n’est pas venu pour « juger » le monde, mais pour le sauver, et pour donner la vie qui est en lui. (Jn 5, 26)

QUE PEUT-ON DIRE DE L’AU-DELA ?

Beaucoup croient à « quelque chose » après la mort, sans pourtant croire en Dieu. Nul ne peut dire ce que seront ce « ciel nouveau et cette terre nouvelle » hors de l’espace et du temps tels que nous les connaissons. Mais nous nous appuyons sur les paroles du Christ et sur l’Eglise. Le Ciel, c’est Quelqu’un avec qui nous ne ferons plus qu’un, dans une totale union d’amour avec lui et avec tous ceux que nous aimons. C’est la communion des saints. « Nous connaîtrons comme nous sommes connus » (1 Co 13,12). Et ce sera un bonheur infini. Le Purgatoire est un état et non un lieu. C’est la pleine libération de ce qui nous entravait sur la terre. C’est la purification nécessaire de notre nature imparfaite. L’amour miséricordieux de Dieu ne va pas sans justice.  L’Enfer est le mystère tragique d’un Amour miséricordieux proposé par Dieu et volontairement totalement refusé par l’homme dans l’exercice de sa liberté.

LES NON-BAPTISES

La famille d’un non-baptisé peut demander à l’Eglise qu’une prière adaptée soit organisée pour son défunt. L’amour de Dieu est pour tous les hommes.

L’INCINERATION EST-ELLE PERMISE PAR L’EGLISE ?

L’inhumation est la forme de sépulture préférée par l’Eglise. Mais elle n’interdit pas l’incinération, à moins que celle-ci n’ait été choisie pour des raisons contraires à la doctrine chrétienne. Elle a lieu après la cérémonie religieuse faite en présence du corps. Durant la crémation, comme pendant l’inhumation au cimetière, il est bon que la famille soit soutenue par une prière commune, préparée à l’avance. L’Eglise demande que les cendres ne soient pas dispersées, mais que l’urne trouve un lieu d’accueil définitif : cimetière, lieu du souvenir, mais jamais chez un particulier.

Y A-T-IL UNE REINCARNATION ?

L’homme est un, corps et âme. On ne peut les séparer. Il n’y a pas de transmigration de l’âme vers d’autres corps. Les différentes doctrines de la réincarnation contredisent l’unité de la nature humaine. L’homme est unique : Dieu aime chaque homme de manière unique et personnelle. Tout homme, corps et âme, a vocation à partager la vie divine en plénitude.

FAIRE SON DEUIL

Il est parfois nécessaire d’être aidé à franchir les étapes du deuil, chemin lent et douloureux. Il est important de pouvoir parler, de rester ouvert à la vie. Les prêtres et d’autres personnes de la paroisse peuvent vous accompagner. Il existe aussi différentes associations ou lieux pour ce faire. N’hésitez pas à recontacter le membre de l’équipe d’accueil que vous connaissez. Il pourra vous guider.

ANNEXES

Déroulement habituel d’une célébration

- Chant d’entrée
- Mot d’accueil
- Rite de la lumière
- Rite de la croix
- Rite pénitentiel (Kyrie eleison)
- Lecture d’un texte biblique
- Chant d’un psaume
- Lecture de l’évangile
- Homélie
- Prière universelle
- Notre Père
- Dernier Adieu : Encensement, aspersion
- Chant final

Signification des principaux rites et symboles

Les prières et les gestes de la célébration nous aident à mettre notre confiance en Dieu, à vivre de sa vie.

Le signe de la croix : C’est le signe des chrétiens. C’est le premier geste fait sur une personne lors de son baptême.

La lumière : Les cierges qui entourent le cercueil rappellent que la vie de tous est illuminée par le Christ ressuscité le jour de Pâques. Le cierge pascal, auquel est pris la flamme, signe de la Résurrection, est allumé aux grands moments de la vie des chrétiens.

La lecture de la Bible (Ancien ou Nouveau Testament) : La lecture de la Parole de Dieu nous situe dans une histoire de croyants depuis Abraham. C’est un message qui suscite confiance et espérance.

L’eau bénite : Elle rappelle l’eau du baptême qui nous a fait enfants de Dieu pour toujours.

L’encens : C’est un geste de respect pour le corps qui a porté la vie de la personne qui vit avec Dieu.

Les fleurs : Elles sont un geste d’amitié, un rappel de ce qui a été vécu de beau avec le défunt.

Proposition de schéma pour une prière familiale ou pour une prière au cimetière

Introduction d’ouverture de la prière : rappel du défunt Notre Père Seigneur Jésus, tu nous as appris comment prier, aide-nous à dire : NOTRE PERE QUI ES AUX CIEUX… Prière familiale On peut dire une prière aimée, un texte biblique, écouter des témoignages, avoir un temps de silence ou de musique… Je vous salue Marie Près de la croix de Jésus se tenait sa mère. Demandons à Marie de nous aider dans l’épreuve JE VOUS SALUE MARIE … Conclusion (par exemple) Seigneur Jésus, tu as connu la mort et tu en as triomphé pour que nous ayons la vie, Nous t’en prions, assure toi-même nos cœurs dans l’espérance, Dans l’attente de retrouver auprès de toi celui que nous aimons. Amen